Archives de janvier, 2013

Edito SD 11

Publié: 30 janvier 2013 dans N11. Le Désordre, S.-D n° 11
L’effet testicule

par Nadia Taïbi

En 1972, le météorologue Edward Lorenz initiait la théorie du chaos dans une conférence au Texas intitulée : « Prédictibilité : le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? ». Elle fait désormais partie de nos références communes. Ce que voulait dire Lorenz c’est qu’il y a de l’indéterminé. Ainsi, le battement d’aile d’un papillon non pris en compte est peut-être ce qui entraînera de proche en proche une variation. Le problème avec Lorenz est qu’il rend les choses plus complexes qu’elles nous semblent.
Image Edito NadiaParis__Les_Femen_contre-attaquent-64d74a6943d76a099ac5ec9a9b27d868Aussi soyons simples : admettons par exemple avec Frigide Barjot (1) : « Il n’y a pas d’ovules dans les testicules ! ». C’est vrai. Limpide, clair comme de l’eau bénite, comme le sont d’ailleurs en général les arguments des militants antimariage pour tous : pour faire un enfant il faut un homme et une femme. Derrière Frigide la foule crie : « papa », « maman » ! Un homme plaide le bon sens : « Voilà 2000 ans que ça se passe très bien comme ça. » Une mère d’ajouter : « Mes enfants ont la chance d’avoir un papa et une maman et je veux que tous les enfants aient la même chose. (2) » Cela se complique : les enfants qui n’ont pas un papa et une maman ne seraient donc pas des enfants. Quant à vous monsieur, les chiffres éloquents de la maltraitance infantile et conjugale sont là pour nous le rappeler : c’est vrai cela fait 2 000 ans que ça se passe très bien ! Et, il faut que cela continue plaide Alain Escada président de Civitas (3). Et de poursuivre en menaçant de porter plainte contre les militantes féministes du groupe Femen (4) qui se sont notamment rendues coupables dimanche 18 novembre 2012 « d’exhibitions sexuelles notamment à la vue d’enfants ».
Petit rectificatif, Frigide : les nourrissons ne sont pas non plus dans les testicules… Ils ne se fabriquent pas. Ils deviennent ce qu’ils peuvent. Mais moi aussi Mme Barjo : je mise sur l’enfance ! Et je me dis : il y en a bien au moins un ou deux à avoir passé un bon moment à reluquer les jolis seins des dames… Et si ce sont des petites filles alors, d’accord : Dieu est grand ! Ou comment chère Frigide, on ne peut décidément miser sur le moindre phénomène avec certitude : une aile de papillon, un petit bout de sein, un testicule, tout cela mène à des voies bien impénétrables…

Nadia Taïbi

(1) Frigide Barjot de son vrai nom Virginie Merle est une humoriste et chroniqueuse mondaine, épouse de Basile de Koch, ancien rédacteur des discours du ministre de l’Intérieur Charles Pasqua ; elle codirige avec lui le groupe Jalons.  En novembre 2012, elle coorganise des manifestations d’opposition au mariage homosexuel en France.
(2) Le Figaro.fr, 17 novembre 2012.
(3) L’Institut CIVITAS est un mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l’Église et regroupant des laïcs catholiques engagés dans l’instauration de la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples.
(4) FEMEN est une organisation féministe née en Ukraine en 2008. Elle entend lutter pour la démocratie, les droits des hommes et des femmes, et la protection de l’environnement en Ukraine et dans le monde. Elle combat également ce qu’elle considère comme « les valeurs patriarcales qui imprègnent la plupart des sociétés industrialisées ».

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Émeutes
par Laurent Mucchielli

Le mot « émeute » provient du verbe émouvoir. Du haut Moyen Âge à la Renaissance, une esmote désigne une émotion collective prenant la forme d’un soulèvement populaire spontané. « Tumulte séditieux, soulèvement dans le peuple », indique le Dictionnaire de l’Académie française au milieu du XVIIIe siècle. Et le sens ne variera jamais.

I-1 1

Les émeutes françaises contemporaines ont lieu dans les quartiers populaires d’habitat collectif frappés par la désindustrialisation et le chômage, habités massivement par des familles d’ouvriers et d’employés dont beaucoup proviennent des grands flux migratoires des années 1950-1970 (Portugais, Maghrébins puis Noirs Africains) qui s’y sont installées avec la résorption des bidonvilles puis la politique du regroupement familial. Elles surviennent généralement à la suite de la mort d’un ou plusieurs jeunes du quartier concerné, le plus souvent en relations (diverses) avec une opération de police. Elles sont l’œuvre de garçons, grands adolescents et jeunes majeurs, souvent chômeurs ou inactifs, parfois ouvriers précaires ou apprentis, ou encore scolarisés dans les filières professionnelles les moins valorisées ; la plupart sont « issus de l’immigration » ; ils ne sont structurés par aucune organisation politique et n’affichent en apparence aucune revendication. Leur « répertoire d’action collective » (Charles Tilly) réside principalement dans l’incendie de véhicules et l’affrontement avec les forces de l’ordre. Dans certains cas, les incendies visent aussi des bâtiments et certains magasins peuvent être pillés.

L’émergence
Le phénomène est apparu dans la seconde moitié des années soixante-dix, dans certains quartiers pauvres de l’agglomération lyonnaise. Avec la médiatisation des événements du quartier des Minguettes à Vénissieux en juillet 1981, le phénomène apparaît aussi en région parisienne. L’émeute se fixe donc au tournant des années soixante-dix et quatre-vingt. Analysant cette époque, Christian Bachmann et Nicole Le Guennec (1996) écrivent : « Contre qui se battent les émeutiers ? Contre un ennemi sans visage. Contre ceux qui les nient quotidiennement, les condamnent à l’inexistence sociale et leur réservent un avenir en forme d’impasse. […] Aucun allié, aucune issue. L’univers symbolique des banlieues donne à lire un partage manichéen : les pauvres, tristes et humiliés, contre les riches, puissants et enviés. […] S’il est une revendication qui s’affirme haut et clair, c’est bien celle d’une sensibilité à vif : obtenir un minimum de considération, bénéficier d’une reconnaissance, conquérir le respect. Ces deux sentiments forts, la sensation de l’impasse et la conscience du mépris, sont toujours à la racine des fureurs banlieusardes ». Durant les années quatre -vingt, plusieurs phénomènes se conjuguent pour chasser l’émeute de la scène publique. D’abord la réaction du gouvernement (socialiste) de l’époque. Outre les opérations de prévention lancées l’été suivant, qui envoient plus de 100 000 jeunes des quartiers les plus « sensibles » en vacances, ou bien les occupent sur place, plusieurs politiques publiques sont initiées en direction de l’insertion professionnelle, de l’école, de la prévention de la délinquance et de l’aménagement urbain. Le gouvernement a aussi libéré les ondes radiophoniques et ouvert aux étrangers la liberté d’association. Ensuite, un événement politique va ouvrir une perspective de reconnaissance symbolique pour ces jeunes « issus de l’immigration », au moment même où le racisme qu’ils dénoncent est comme consacré officiellement par l’émergence de l’extrême droite (le Front National) sur la scène électorale. Dans le même quartier des Minguettes, suite à une « bavure policière » qui menace de déclencher de nouveau l’émeute, des jeunes, fortement soutenus et conseillés par un prêtre, initient une nouvelle forme d’action collective : une grande marche non violente à travers la France. Cette « Marche des Beurs » connaîtra en 1983 un succès politico-médiatique important et suscitera une intense activité associative et politique, encouragée en particulier par le Parti Socialiste, qui suscite et contrôle la création de SOS Racisme.

L’enracinement
À l’enthousiasme de la première moitié des années quatre-vingt va cependant succéder la désillusion. Tout d’abord, les politiques publiques initiées semblent impuissantes face à la montée du chômage de masse : de presque 500 000 chômeurs en 1974, on est passé à I-1 22,5 millions en 1985. Dans les quartiers désindustrialisés, le taux de chômage des jeunes peu ou pas diplômés atteint 30 % en 1990. Ensuite, sur le plan politique, le « Mouvement Beur » n’a pas réussi à se structurer. Le besoin insatisfait de reconnaissance et de participation se mue alors en repli sur soi et en affirmation de sa différence hors du champ politique. La culture hip-hop connaît un succès grandissant auprès de la jeunesse des quartiers, dont une partie opère progressivement un retour vers le religieux, ce qui fait rapidement l’objet d’une désapprobation dans un pays structuré par une culture républicaine farouchement laïque. En 1989, éclate « l’affaire du foulard islamique » qui cristallise une nouvelle peur de l’Islam et isole politiquement encore davantage les descendants des immigrés maghrébins désormais suspectés de « communautarisme ». La parenthèse du début des années quatre-vingt est terminée. La violence émeutière va revenir en force et s’installer durablement dans la société française.

En l’espace de huit mois (d’octobre 1990 à mai 1991), une série d’émeutes éclatent, à Vaulx-en-Velin, Argenteuil, Sartrouville et Mantes-la-Jolie, émeutes qui retentissent fortement dans le débat public. En comparaison avec l’été 1981, les rapports entre jeunesse des quartiers et police urbaine sont montés d’un cran dans la violence et l’émeute s’est aussi accompagnée de pillages et de dégradations importantes. Le « rodéo » semble désormais un euphémisme, le mot « émeute » s’impose dans le débat public et la comparaison avec l’Angleterre, voire les États-Unis, devient courante. Les syndicats de police font pression sur les pouvoirs publics et les médias, ils popularisent l’expression de « violence urbaine » pour désigner un ensemble d’actes délinquants dont l’émeute ne serait qu’une forme, ils cherchent à accréditer l’idée de quartiers devenus des « zones de non droit » contrôlées par des trafiquants de drogue. Dans le champ politique, l’incompréhension, voire la réprobation, est d’autant plus grande que beaucoup de ces villes ont fait l’objet de politiques sociales et éducatives, mais qui n’ont pas recherché davantage de participation et de démocratie locale, laissant donc aux habitants le sentiment que les choses se font sans eux. Le gouvernement, de nouveau socialiste, réagit en créant le ministère de la Ville et en faisant voter en 1991 une loi d’orientation sur ce qui s’appellera désormais « la politique de la ville » et ses « quartiers prioritaires ». Mais il renforce aussi le contrôle policier de ces territoires en créant une section des Renseignements Généraux (RG) destinée à les observer, et aussi une nouvelle unité de choc de la police urbaine : les Brigades anti-criminalité (BAC). Par-delà les alternances politiques, ces deux types de politique publique (ville et sécurité) guideront l’action des gouvernements jusqu’à nos jours, sans parvenir à renverser la donne. Depuis 1990, des émeutes locales ont éclaté quasiment chaque année.

La généralisation
Enfin, entre le 27 octobre et le 17 novembre 2005, l’émeute perd son caractère localisé pour s’étendre à l’ensemble du territoire national. Pour la première fois, une émeute se déroulant dans un quartier d’une ville a des répercussions à des centaines de kilomètres, elle suscite un processus d’identification collective. Et dans la mesure où les télévisions montrent des voitures en feu depuis 25 ans, ce processus ne saurait s’expliquer par sa seule médiatisation. Durant trois semaines, des incidents – de gravité très diverse – surviennent dans près de 300 communes, occasionnant 10 000 incendies de véhicules particuliers et plusieurs centaines d’incendies ou de dégradations à l’encontre de bâtiments publics, notamment scolaires. La répression est lourde. La panique est telle au sommet de l’État que le Premier ministre décide de recourir au couvre-feu. Le 8 novembre est décrété l’état d’urgence, en application d’une loi du 3 avril 1955, prise au temps de la guerre d’Algérie.

Comment expliquer ce phénomène ? Les émeutiers interviewés dans la région parisienne donnent deux séries de raisons à leur colère (Mucchielli, Le Goaziou, 2007). Les premières sont relatives aux événements de Clichy-sous-Bois et à l’attitude des pouvoirs publics. L’indignation et le sentiment de légitimité morale de la colère émeutière se fondent sur ce qui est considéré comme un déni et un mensonge de la part des autorités. Les secondes raisons évoquent non pas le contexte de l’émeute mais certaines dimensions de I-1 3l’expérience de vie quotidienne de ces jeunes, qui nourrissent en profondeur « la rage » et « la haine ». Cette expérience révèle d’abord un vécu d’humiliations multiples accumulées. Viennent d’abord les souvenirs les plus forts. Certains racontent des expériences de discrimination à l’embauche, voire font du racisme une explication généralisée. La plupart font remonter leur sentiment d’injustice et d’humiliation à l’école. Enfin, tous disent que la source quotidienne de leur sentiment d’injustice et d’humiliation est leur relation avec la police, avec moult récits. Ensuite, en orientant l’analyse vers leurs conditions de vie générales, il apparaît que cette expérience est liée à l’absence de perspective d’intégration sociale, et d’abord au chômage dont le niveau n’a cessé d’augmenter durant les années quatre-vingt-dix, creusant les écarts en fonction des niveaux de diplôme, maximisant les frustrations économiques et sociales des moins diplômés et accroissant le caractère durablement discriminatoire des parcours scolaires. Cette non-insertion économique pèse sur l’ensemble du processus d’intégration sociale et d’entrée dans la vie adulte. Derrière l’absence d’emploi et donc de revenu, se profile en effet l’impossibilité matérielle du départ du domicile des parents pour accéder à un logement personnel ainsi que la difficulté objective à envisager une union conjugale et un projet familial. C’est l’ensemble de ce parcours conçu et attendu comme « normal » par tout jeune, qui se trouve au mieux durablement contrarié, au pire perçu comme inaccessible. En d’autres termes, la non-insertion économique n’est pas seulement une « galère » au quotidien, elle a des conséquences sur toute la perception de l’avenir et la vision du monde que se construisent les aînés ainsi que les cadets qui les observent. Enfin, elle a des répercussions au sein même des familles, sur les relations entre les générations. Dans cette colère vengeresse des jeunes durant les émeutes, que leurs parents et leurs grands frères disent souvent désapprouver sur la forme mais comprendre sur le fond, on peut lire ainsi une dimension plus collective encore.

L’émeute comme forme élémentaire de la protestation
Malgré cela, la violence n’est pas et n’a jamais été le seul langage pratiqué par cette jeunesse, pour peu qu’elle rencontre le soutien, voire la collaboration d’autres forces sociales ou politiques. C’est dans les mêmes quartiers de la banlieue lyonnaise où s’inventèrent les émeutes à la fin des années soixante-dix, que se développèrent des grèves de la faim et d’autres tentatives de mobilisation politique des travailleurs immigrés (contre des agressions racistes, contre des violences policières, contre des expulsions, pour réclamer l’égalité des droits dans l’entreprise ou le droit de vote local), soutenues par les Églises et des associations militantes de gauche. C’est du même quartier émeutier des Minguettes qu’est parti le « Mouvement Beur » de 1982-1983. Ceci révèle la nature « interpellative » de l’émeute, le besoin de reconnaissance qu’elle porte. Les émeutiers ne réclament aucune révolution, ils ne contestent pas le système social et politique, ils en dénoncent l’hypocrisie et les constantes humiliations ou « violences symboliques » (P. Bourdieu). Les protestations collectives ne traduisent pas seulement des conflits d’intérêts, elles portent aussi des attentes morales, des sentiments d’honneur collectif bafoué, de mépris et de déni de reconnaissance (Axel Honneth). Contrairement à une peur croissante dans la société française, les émeutes contemporaines ne s’articulent pas sur un communautarisme ni sur une revendication d’autonomie par rapport aux règles démocratiques régissant la société globale. Les jeunes « issus de l’immigration », émeutiers comme non émeutiers, réclament non pas la possibilité de vivre selon des règles générales différentes de celles qui régissent la vie de la communauté nationale, mais le droit de participer pleinement à cette vie et à ces règles tout en étant reconnus et respectés dans leurs spécificités relatives.

Ainsi, l’émeute témoigne en creux de l’absence d’autres possibilités de contestation et pose in fine la question des médiations et de la représentation politiques. Par là, elle révèle le déficit de ces deux dimensions de l’intégration dans le système politique français. Déficit des médiations politiques entendues comme l’ensemble des interventions destinées à permettre un dialogue au besoin conflictuel entre les habitants de ces « zones urbaines sensibles » et les décideurs politiques ou administratifs. Les trois dernières décennies ont enregistré le déclin historique des formes d’encadrement et de politisation liées aux partis politiques, aux syndicats ainsi qu’aux mouvements de jeunesse et aux mouvements d’éducation populaire laïques ou religieux. Ceci n’empêche pas le secteur associatif d’être parfois dynamique, notamment à travers la politique de la ville, mais ces associations et les élites intermédiaires locales qu’elles pourraient faire émerger sont le plus souvent, soit maintenues en marge du jeu politique proprement dit, soit instrumentalisées dans le clientélisme municipal et dans un système d’« achat de la paix sociale ». Double déficit, ensuite, de demande et d’offre politique. Outre que le droit de vote des étrangers non européens aux élections locales n’a jamais été décidé, l’échec du « Mouvement Beur » des années quatre-vingt, puis la stigmatisation croissante des « arabo-musulmans » dans le débat politico-médiatique a éloigné cet électorat de la gauche, dont il était le plus proche, puis l’a éloigné du vote tout court. Du côté de l’offre politique, le déficit d’intégration de représentants de ces populations dans les sections locales des partis et dans les équipes municipales au pouvoir est patent. Enfin, comme les réactions de la classe politique aux émeutes de 2005 l’ont montré, aucun parti ne se pose en défenseur des habitants des quartiers populaires. Le constat est massif du côté du Parti Socialiste qui domine l’échiquier politique à gauche depuis vingt-cinq ans mais dont les militants comme les électeurs se sont progressivement coupés des milieux populaires. Mais il vaut également dans une large mesure pour les anciennes « banlieues rouges », ces villes ouvrières contrôlées politiquement durant des décennies par le Parti Communiste. Il vaut enfin pour l’extrême gauche, de sorte que les électeurs français « issus de l’immigration » ne trouvent nulle part sur l’échiquier politique le moyen de promouvoir leurs revendications, ni même d’exprimer un équivalent du « vote protestataire » en faveur de l’extrême droite d’une partie des ouvriers « français d’origine française ».

Bibliographie

BACHMANN Christian, LE GUENNEC Nicole, Violences urbaines, Albin Michel, Paris, 1996.
BEAUD Stéphane, PIALOUX Michel, Violences urbaines, violence sociale, Paris, Fayard, 2003.
CASTEL Robert, La discrimination négative. Le déficit de citoyenneté des jeunes de banlieue, Annales HSS, 4, 777-808, 2006.
DIKEC Mustafa, Badlands of the Republic. Space, Politics and Urban Policy, Oxford, Blackwell, 2007.
DONZELOT Jacques, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil, 2006.
HONNETH Axel, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2000.
KOKOREFF Michel, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008.
LAPEYRONNIE Didier, « “Révolte primitive” dans les banlieues françaises », Déviance et société, 4, p. 431-448, 2006.
LAPEYRONNIE Didier, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008.
MARLIERE E., La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard, 2008.
MAUGER G., L’émeute de novembre 2005. Une révolte proto-politique, Boissieux, Le Croquant, 2006.
MOHAMMED Marwan, 2007, « Les voies de la colère : « violences urbaines » ou révolte d’ordre politique ? L’exemple des Hautes-Noues à Villiers-sur-Marne », Socio-logos, 2, 2007. [En ligne], URL : http://socio-logos.revues.org/document352.html.
MORAN Matthew, 2012, The Republic and the Riots, London, Peter Lang publisher, 2012.
MUCCHIELLI Laurent, LE GOAZIOU Véronique (dir.), Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2e éd. 2007.
OLIVE Jean-Louis, MUCCHIELLI Laurent et GIBAND David (dir.), État d’Émeutes, État d’Exception : retour à la question centrale des périphéries, Perpignan, Presses de l’Université de Perpignan, 2007.
WADDINGTON David, JOBARD Fabien, KING Michael (eds.), Rioting in the UK and France. A comparative analysis, London, Willan Publishing, 2009.

Pour en savoir plus...

Haut de page – Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Les mondes de la drogue, entre ordre et désordres
par Claire Duport

Les productions, trafics et usages de drogues sont souvent représentés et qualifiés du côté des désordres. Ceux dont ils participent : désordres politiques, économiques, sociétaux, écologiques ; comme ceux qu’ils génèrent : désordres urbains, financiers, sociaux. Pourtant, à analyser les conditions qui rendent possibles la production et le commerce des drogues, comme à observer le fonctionnement des réseaux de trafic, on comprend que ces activités sont absolument inscrites dans l’ordre le plus régulier des États, des économies capitalistes, comme des ordres sociaux et sociétaux.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Les dérèglements financiers
par Yamina Tadjeddine

On ne parlerait pas autant des dérèglements financiers si la finance n’avait envahi nos sociétés contemporaines et rendu nos quotidiens dépendants des mouvements financiers. Cette orientation a été le choix idéologique des dirigeants politiques français et européens, depuis la signature du Traité de Rome, d’inscrire leurs économies dans une économie de marché. La fin du système de Bretton Woods et la crise inflationniste des années 1970 incitèrent les États occidentaux, au premier rang desquels les États-Unis et la Grande-Bretagne, à privilégier le financement de l’économie par les marchés. Ainsi, alors que les marchés financiers jouaient un rôle anecdotique jusque-là, la mutation financière, entreprise à partir des années quatre-vingt, fut l’occasion d’une expérience unique fondée sur l’utopie libérale d’un marché financier efficient, à même de fonder une croissance durable et une société prospère.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Les expulsés dans la brèche des États
par Clara Lecadet

Certaines figures agissent comme des marqueurs de temps. Le cow-boy, personnage subalterne en charge de la transhumance du bétail sur le territoire américain, devient la projection mythique d’une Amérique souveraine et victorieuse. À l’ère de l’industrialisation, l’ouvrier incarne la transformation d’un monde et se constitue en une figure de lutte contre les iniquités liées à sa condition. Ces figures, typiques du XIXe et du début du XXe siècle, participent d’une construction de type national – le cow-boy incarne la grandeur et l’unité d’une nation américaine valeureuse et protectrice – ou dont la nation est la scène – l’ouvrier s’avance comme une figuration du peuple en même temps que la lutte dont il devient l’emblème introduit un dissensus au sein de la nation. Ils témoignent différemment de l’essor et de la construction des États nations, devenus depuis le XVIIe siècle la principale forme d’exercice et d’encadrement du pouvoir politique. Michel Foucault, dans l’article « Le sujet et le pouvoir », notait ce processus, et c’est précisément parce qu’il n’y avait selon lui plus que de l’État et toujours plus d’État, que des individus s’associaient pour résister à l’assujettissement. Qu’en est-il quand l’État vacille, quand les cadres traditionnels de l’exercice de sa souveraineté rentrent en concurrence avec la formation d’autres espaces politiques qui ne correspondent plus aux critères de l’État dans sa forme simple, historique ?

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Agressions sexuelles : quels désordres ? Perspectives préventives
par Barbara Smaniotto, Audrey SchillingerMarie Réveillaud

Les discours médiatiques concernant les auteurs de violences sexuelles nourrissent l’opinion publique selon laquelle ces individus sont des « monstres », des personnages qui ont perdu toute humanité (propos entendus même dans les plaidoiries). En réalité, rien n’est plus humain au contraire ; rappelons que la psychanalyse a trouvé sa source à partir de l’exploration du traumatisme, vécu par l’enfant victime d’agression sexuelle.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

L’aide à la pédophilie abstinente :
pour un regard humaniste sur les « présumés coupables »
par Laurence Schaefer

Que peuvent espérer les victimes d’abus sexuels ou de viols quand, désignés comme les nouveaux monstres par les médias et l’opinion qui les mettent au pilori, les pédophiles vivent une solitude totale qui compromet leurs chances d’espérer se faire aider ? Parmi eux, les pédophiles même abstinents sont présumés coupables. Alors qu’il serait urgent de leur donner les moyens d’exorciser leurs attirances dangereuses, c’est en priorité sur le volet prévention de la récidive que portent les efforts d’une majorité d’instances médicales, sociales et judiciaires. C’est ainsi que les désordres intérieurs des « pédophiles » apparaissent comme de véritables bombes à retardement menaçant un semblant d’ordre social. Cependant, la plupart des victimes, à l’instar de Latifa Bennari, fondatrice de l’association L’Ange Bleu, ou Isabelle Guso, romancière, s’accordent à souhaiter avant tout que puisse être évité le premier passage à l’acte. Ironie tragique, c’est au risque de passer pour des apologues de la pédophilie que beaucoup œuvrent dans ce sens.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Note sur l’escorting
Complexité et diversité des pratiques prostitutionnelles
par Laurent Mélito

Depuis une dizaine d’années, l’essor de l’usage des nouvelles techniques d’information et de communication (NTIC) a considérablement modifié le champ de la prostitution, en favorisant notamment le développement de l’escorting. Il s’agit d’une prestation de service tarifée qui allie une relation d’accompagnement à des pratiques sexuelles. La nature, la localisation, la durée et le coût de la prestation sont tacitement con-tractualisés préalablement à la rencontre entre l’« escort(e) » et son/sa client(e).

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

Le désordre carcéral et la passion du contrôle
par Nadia Taïbi

L’enfermement carcéral est une réponse pénale au trouble à l’ordre public consécutif à une infraction, un délit ou un crime. Extrait de la cité, le délinquant est à sa place. La peine privative de liberté a aussi pour objet de favoriser « la réinsertion sociale des personnes qui lui sont confiées par l’autorité judiciaire ». Toutefois, on ne peut que constater l’échec de ces deux missions traditionnelles assignées à la prison. La récidive est considérable et loin de socialiser ; la prison exclut. La raison de l’ordre carcéral ne peut donc se trouver qu’en lui-même. Et si avec la prison « rien ne marche », les prisons, elles, fonctionnent. Il semble alors que la mission effective de l’institution pénitentiaire soit de maîtriser les personnes détenues. On glisse de l’ordre au contrôle ou à « la gestion du comportement des détenus ». C’est bien là l’aboutissement de la séparation initialement souhaitée. On en arrive à un monstre institutionnel où le désordre est la substance nécessaire à l’établissement de la discipline.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte

La Nouvelle Atlantide
La philanthropie monstrueuse de Francis Bacon
par Vincent Grégoire

La tradition utopique inaugurée par Thomas More en 1516 témoigne d’un amour de l’ordre qui peut se lire comme réponse aux expériences du désordre des hommes du temps. En effet, l’Europe au XVIe siècle voit s’effondrer définitivement toute perspective d’unité politique, que celle-ci soit impériale ou sacerdotale. L’échec final de Charles Quint con-firme l’impossibilité d’un Empire, et par ailleurs les développements de la Réforme retirent au pape toute prétention à organiser son unité spirituelle. L’ordre, que ni l’Empire ni l’Église universelle ne peuvent plus prétendre assurer, il revient désormais aux États territoriaux de le construire, et c’est en rapport avec le lent processus de construction des États modernes que le genre utopique doit être considéré.

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Sens Dessous N° 11 couv1 pte