Danièle Linhart – Du bon usage managérial de la mobilité et du changement (Sens-dessous – Social et Politique)

Publié: 18 mars 2013 dans N9. Le Déplacement, SD n° 9

Du bon usage managérial de la mobilité et du changement

par Danièle Linhart

Durant la période dite des Trente Glorieuses (les années d’après-guerre) le travail se caractérisait par une grande dureté physique comme une réelle pénibilité psychique en raison de la routine de tâches déqualifiées et de l’autoritarisme humiliant des « petits chefs ». Mais il n’excluait pas une vie, une lutte collective qui débouchaient sur une certaine appropriation du travail. Le travail moderne, qui s’est imposé à partir des années quatre-vingts est censé faire plus de place à l’initiative, l’autonomie et la responsabilisation des salariés. Mais paradoxalement, il est, pour les salariés, plus difficilement compatible avec l’appropriation du travail, ce qui pourrait expliquer la montée en puissance de cette souffrance qui soudainement envahit le devant de la scène du monde du travail. Le paradoxe mérite  qu’on s’y arrête : le travail post-taylorien, qui se caractérise par une hiérarchie moins présente, des organisations plus fluides et une grande mobilité, ce travail s’avère plus éprouvant et moins facile à amadouer pour les salariés.

Pour en savoir plus…

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

SD 9 Couv 1 Petite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s