Martine Morillon-Carreau – Courage de la poésie, en relisant René Char (Sens-dessous – Littérature et Esthétique)

Publié: 24 mars 2013 dans N8. Le courage, SD n° 8

Courage de la poésie, en relisant René Char
par Martine Morillon-Carreau

Ce sont les Feuillets d’Hypnos qui, dès l’éblouissement de leur première lecture, ont aussitôt et comme emblématiquement fait se lever, s’incarner pour moi, en cette haute et puissante silhouette de René Char, la figure poétique du courage : « notes » prises sur le vif en 1943-1944 par le poète, maquisard dès 1942, chef du secteur de l’Armée Secrète Durance-Sud, sous le nom de guerre Alexandre en 1943, puis cachées en 1944 dans un mur de sa maison à Céreste, remaniées en 1945 et dédiées à Albert Camus qui, en 1948, dira ces Feuillets « brûlants comme l’arme des réfractaires et d’être trempé[s] dans le sang des combats ». Publiés d’abord en extraits dans la revue Fontaine, dès octobre 1945, puis en totalité chez Gallimard en avril 1946, les Feuillets d’Hypnos, comme le poète l’expose lui-même en argument-prologue, marquent « la résistance d’un humanisme conscient de ses devoirs, discret sur ses vertus, désirant réserver l’inaccessible champ libre à la fantaisie de ses soleils, et décidé à payer le prix pour cela. »

Pour en savoir plus…

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

SD 8 Couv 1 Petite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s