Le paradoxe du reverse graffiti

Publié: 10 janvier 2014 dans N13. Le propre, S.-D n° 13

Le paradoxe du reverse graffiti
« Faire un minimum de propre » pour donner ses chances à un mur de « rester sale »
par Philippe Chevrinais

Les tags qui envahissent les villes sont assez communément perçus comme quelque chose de « sale » et c’est à peine moins le cas pour les graffs. Que penser alors d’un dessin qui apparaîtrait en « créant du propre » ?

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

SD 13 - Couv 1re Pte

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s