Où commence le mensonge ?

Publié: 4 octobre 2014 dans A1 - Thèmes Philosophiques

Quelques citations pour introduire la discussion.
• Une idée fausse mais claire et précise aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie et complexe.
——Alexis de Tocqueville

• J’ai déjà croisé le mensonge, le fieffé mensonge. Mais avec le ministère de l’économie, je découvre le stade ultime : la statistique.
——Benjamin Disraëli

• Mon exigence pour la vérité m’a elle-même enseigné la beauté du compromis.
——Mahatma Gandhi

• Ce qui probablement fausse tout dans la vie c’est qu’on est convaincu qu’on dit la vérité parce qu’on dit ce qu’on pense.
——Sacha Guitry

• La vérité d’un homme, c’est d’abord ce qu’il cache.
——André Malraux

• C’est une maladie naturelle à l’homme de croire qu’il possède la vérité et de là vient qu’il est toujours disposé à nier tout ce qui lui est incompréhensible au lieu qu’en effet il ne connaît naturellement que le mensonge, et qu’il ne doit prendre pour véritables que les choses dont le contraire lui paraît faux.
——Blaise Pascal, Pensées

• La vie a besoin d’illusions, c’est-à-dire de non-vérités tenues pour des vérités.
——Friedrich Nietzsche

• L’art est un mensonge qui nous permet de dévoiler la vérité.
——Pablo Picasso

• De même que la lumière fait paraître elle-même et les ténèbres, de même la vérité est sa propre norme et celle du faux.
——Baruch Spinoza

• Feindre de croire un mensonge est un mensonge exquis.
——Maurice Chapelain

• La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur.
——Albert Camus, La chute

• On ne lèse personne par de simples paroles, seraient-elles fausses ; il suffit de ne pas y croire.
——Emmanuel Kant, Critique de la raison pure

• Parfois le mensonge exprime mieux que la vérité ce qui se passe dans l’âme.
——Maxime Gorki, Les vagabonds

• A une vérité ténue et plate, je préfère un mensonge exaltant.
——Alexandre Pouchkine, Récits de Belkine

• Contentons-nous de dire que le théâtre, comme la vie, est un songe, sans trop nous soucier du mensonge.
——Jean-Louis Barrault, Nouvelles réflexions sur le théâtre

• Ne mentez jamais à quelqu’un en qui vous voulez avoir confiance. À partir du moment où vous lui avez menti une fois, vous aurez bien du mal à le croire.
——Rivarol

• J’admire comme on peut mentir en mettant la raison de son côté.
——Jean-Paul Sartre, La nausée

• Devenir un bon menteur permet de se dispenser de devenir bon dans n’importe quel autre domaine.
——Banksy

• C’est la forme la plus exquise du comportement politicien, qui consiste à utiliser un fait vrai pour en faire un mensonge.
——René Barjavel

• Le menteur à qui l’on retire son masque ressent la même indignation que si on le défigurait.
——Jean Rostand

• La métaphysique, la morale, la religion, la science, sont considérés comme des formes diverses de mensonge. Il faut leur aide pour croire à la vie.
——Friedrich Nietzsche

• Qu’est-ce que je vais penser des autres femmes, maintenant que je sais que ma mère peut mentir.
——Marcel Pagnol

• Les enfants ont seuls cet art de mentir qui vous oblige à croire ce qu’ils affirment.
——Paul Michaud

• L’amour réel et pur désire toujours avant tout demeurer tout entier dans la vérité, quelle qu’elle puisse être, inconditionnellement. Toute autre espèce d’amour désire avant tout des satisfactions, et de ce fait est principe d’erreur et de mensonge. L’amour réel et pur est par lui-même esprit de vérité.
——Simone Weil, L’enracinement

• Comment être pardonné jamais, si on ment, puisque l’autre ne sait pas qu’il y a quelque chose à pardonner. Il faut donc dire la vérité au moins une fois avant de mourir ou accepter de mourir sans être jamais pardonné. Quelle mort plus solitaire pourtant que celle de celui qui disparaît, refermé sur ses mensonges et ses crimes.
——Albert Camus, Carnets III

• Ce n’est pas ton mensonge qui me bouleverse mais de ne plus pouvoir te croire.
——Nietzsche, Par-delà le bien et le mal

• La véracité n’a jamais figuré au nombre des vertus politiques, et le mensonge a toujours été considéré comme un moyen parfaitement justifié dans les affaires politiques.
——Hannah Arendt

• Les mirages sont en quelque sorte le mensonge du désert.
——Jean Cocteau, Les mariés de la tour Eiffel

Petit recueil de textes pour quelques pistes de réflexions.
1. Le Parisien, publié le 24.04.2011
Ou commence le mensonge ?
Jean-Claude Romand, le médecin mythomane, avait massacré sa famille
C’est l’histoire d’une double vie avec un grand D et un grand V. D comme dissimulation, V comme victimes. Le parcours de Jean-Claude Romand, qui a fait croire pendant dix-huit ans à ses proches qu’il était médecin avant de massacrer 5 membres de sa famille en 1993, est le cas emblématique d’une longue supercherie ponctuée par un bain de sang. Romand, dont l’acte a été qualifié de « narcissisme criminel » par les psychiatres, savait que son masque allait tomber.
Il ne l’a pas supporté.
– L’image d’un chercheur réputé
Pendant près de vingt ans, Jean-Claude Romand a mis son existence en scène. Cet ex-étudiant en médecine recalé s’est inventé un métier : chercheur à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève. Son double créé, il devient le docteur Romand. Installé en 1994 dans le Jura avec son épouse, l’honorable praticien, qui prétend également enseigner à la fac, sert avec succès ce mensonge à ses proches et ses amis. Bien loin des congrès internationaux, le quotidien de Romand est en réalité fait d’errances au volant de sa voiture et de promenades solitaires dans les bois. Une oisiveté pathétique tranchant avec son image de chercheur réputé. Sans emploi réel, le faux docteur rencontre vite des problèmes d’argent. Il en emprunte à son entourage, au prétexte d’investir dans des placements en Suisse. Cette « cavalerie » ne fait qu’empirer la situation. Aux abois, Romand ira même jusqu’à détourner l’argent des quêtes des messes d’enterrement… En 1993, il est totalement acculé et redoute par-dessus tout que ses proches découvrent la vérité.
Le soir du 8 janvier 1993, Jean-Claude Romand, 38 ans, tue sa femme à coups de rouleau à pâtisserie puis abat ses deux enfants de 5 et 7 ans dans la maison familiale de Prévessin-Moëns (Ain). Le lendemain, il exécute ses parents, qui étaient si fiers de sa réussite, et tente de tuer sa maîtresse. Seul, l’assassin avale des barbituriques et met le feu à sa maison. Il survit à l’incendie. « Je suis un monstre, j’ai raté mon suicide », dira-t-il à l’hôpital en regrettant l’abolition de la peine de mort. Condamné en 1996 à la prison à vie, Jean-Claude Romand a aujourd’hui 57 ans et est libérable en 2015. Son histoire extravagante a inspiré un livre et deux films.

2. Damien Theillier (www.institutcoppet.org) Y a-t-il un droit de mentir ? Benjamin Constant vs Emmanuel Kant
Est-il permis de mentir afin de sauver la vie d’un ami ? Cette question classique de la philosophie morale reçoit un éclairage politique dans la controverse qui opposa Benjamin Constant (1767-1830), homme politique et écrivain français, et le philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804). Les éditions Mille et une nuits ont eu la bonne idée de réunir dans un court volume (Le droit de mentir, Emmanuel Kant, Benjamin Constant, Mille et une nuits, La petite collection) tous les textes de Kant et Constant relatifs à la question du mensonge en une anthologie chronologique qui permet de saisir tous les enjeux de la polémique. Cette polémique fut engagée par Constant dans son ouvrage de 1797, Des réactions politiques, sorte de méditation critique au lendemain de la Terreur. Constant y dénonce l’arbitraire de la prohibition inconditionnée du mensonge et se réfère à la thèse « d’un philosophe allemand qui va jusqu’à prétendre qu’envers des assassins qui vous demanderaient si votre ami qu’ils poursuivent n’est pas réfugié dans votre maison, le mensonge serait un crime. » En effet, pour Kant, la morale de l’impératif catégorique a pour conséquence l’obligation de dire la vérité en toutes circonstances. L’impératif catégorique commande d’agir selon une maxime qui soit universalisable sans contradiction. Or celui qui ment ne peut admettre le mensonge comme une règle universelle. En effet le mensonge présuppose la crédulité. Or si tout le monde mentait, le mensonge se détruirait de lui-même puisque personne ne croirait personne. Pour faire son devoir, il n’est donc pas nécessaire de prendre en compte les conséquences de l’acte. À l’opposé, Constant objecte que ce principe de dire la vérité, « s’il était pris d’une manière absolue et isolée, rendrait toute société impossible ». Dois-je par exemple dire la vérité à des assassins qui me demandent si mon ami qu’ils poursuivent n’est pas réfugié chez moi ? Constant citait cet exemple pour illustrer l’idée qu’un principe moral abstrait, par exemple le devoir de dire la vérité, ne doit pas être séparé du « principe intermédiaire » qui en guide l’application. Il convient certes d’avoir des principes, mais il faut distinguer les principes généraux et la nécessaire adaptation à une situation précise. Ainsi certaines personnes ne méritent pas qu’on leur fasse l’honneur de leur dire la vérité.
Voici comment Constant argumente :
« Dire la vérité est un devoir. Qu’est-ce qu’un devoir ? L’idée de devoir est inséparable de celle de droits : un devoir est ce qui, dans un être, correspond aux droits d’un autre. Là où il n’y a pas de droits, il n’y a pas de devoirs. Dire la vérité n’est donc un devoir qu’envers ceux qui ont droit à la vérité. Or nul homme n’a droit à la vérité qui nuit à autrui. » Lisant cela dans un recueil intitulé La France en 1797, Kant se reconnaît dans l’exemple, sans pouvoir cependant se souvenir où il a dit cela (c’était dans les Fondements de la Métaphysique des Mœurs, parut en 1785). Il rapporte l’argument de Constant, et entreprend de le réfuter en un opuscule de 6 pages (Sur un prétendu droit de mentir par humanité, dans Théorie et Pratique. Droit de mentir, tr. L. Guillermit, Vrin, 1967). Dans sa réponse, Kant maintient que le mensonge est absolument contraire au devoir de l’homme envers lui-même. Sans la vérité comme devoir absolu, on ne pourrait même pas envisager de société possible puisqu’on ne pourrait plus accorder à aucun contrat la moindre valeur. À commencer par le contrat social. Kant cherche à démontrer que l’usage du mensonge ne se justifie en aucune circonstance, ni au niveau des principes ni en termes d’efficacité. Y compris dans une situation d’urgence absolue. Si des assassins me demandent où est la victime qu’ils recherchent et qui se trouve réfugiée dans ma maison, je n’ai pas le droit de leur mentir, réaffirme-t-il. Dans sa correspondance, Kant précise qu’il n’est en revanche pas nécessaire de dévoiler la vérité tout entière. La réserve s’impose parfois, sans que cela nuise à la sincérité de ce qui est dit. Mais dans sa façon de refuser toute exception à cette règle, quelles que soient les circonstances singulières, il semble bien que Kant passe à côté de la réalité concrète de l’oppression. La vérité n’est pas toujours due car elle peut être instrumentalisée et elle-même mise au service d’une fin malhonnête. Saint Thomas avait abordé cette question à propos du droit de prendre une pomme dans un jardin en cas de nécessité vitale. Il expliquait que, dans ce cas extrême de survie, il ne s’agissait plus d’un vol à proprement parler.

3. Saint-Augustin, Le mensonge.
Mentir ce n’est ni plaisanter, ni se tromper. Pour mentir véritablement, il faut connaître la vérité : « Aussi dit-on que le menteur a un cœur double, c’est-à-dire une double pensée. Il a une pensée qu’il juge vraie, mais qu’il garde pour lui ; et il en a une seconde qu’il juge fausse, mais qu’il exprime à la place de la première […]. C’est par l’intention de l’esprit et non pas par la vérité ou la fausseté des choses en elles-mêmes qu’il faut juger si quelqu’un ment ou ne ment pas »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s