Mentir vrai ou jouer : Mentir ou jouer vrai

Publié: 11 octobre 2014 dans N14. Mentir, S-D n° 14

Mentir vrai ou jouer : Mentir ou jouer vrai
par Florian Graton

Il était une fois croyez-moi, une fois il ne sera peut-être pas mais en vérité… D’où j’étais j’ai tout vu, tout entendu… Figurez-vous…

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

SD 14 - Couv 1re Pte

Publicités
commentaires
  1. MACQUIGNEAU dit :

    Lorsque j’ai décidé de participer à « Histoires vraies » au grand R, suite à une sollicitation de l’écrivain François Beaune, c’est le genre de question que je me suis posée assez rapidement. En effet, à partir du moment ou on souhaite « raconter une histoire vécue » on fait appel à ses souvenirs et là, par moments, on s’aperçoit qu’il existe des trous, des passages flous, ou dérangeants, voire douloureux…Et pourtant, on déroule le fil de notre histoire, mais sans doute on brode, on omet, on édulcore ou on enjolive…pour autant : ment-on ? Y a -t-il une différence entre histoire vraie (juré, craché…) et une histoire vécue (je ne l’ai pas inventée…) Quid de la véracité de ces écrits ?
    C’est une question à poser certes, question que le conteur, lui, ne se pose pas car si sa source découle du vécu, d’un vécu, le lit de son récit est pavé d’un imaginaire plus ou moins riche aux origines variées. La non- réponse à ces questions, si elle m’a un moment perturbé m’a permis d’éprouver une certaine jouissance : celle de pouvoir -peut-être – émouvoir, interpeller, faire sourire…les lectrices et lecteurs qui auront eu la curiosité, la patience ou l’envie de me lire. Alors, histoire vraie, vécue, conte, fable ou affabulation : « peu me chaud » aurait-on dit il y a un siècle…Suis-je un menteur ? Aujourd’hui : je m’en tape, dès lors que quelqu’un à l’autre bout de son monde n’est pas resté indifférent à ce qu’il a lu. Quant à me targuer d’être un écrivain, « passeur d’histoires « me parait plus juste et suffit-pour le moment- à mon bonheur. Le jour n’est en effet pas encore venu où j’aurai trouvé le sujet de mon premier roman, mais j’y pense souvent le matin en me rasant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s