Pan, entre le décor de la panique et le corps de la culture

Publié: 2 mars 2015 dans N15. Panique, S-D 15

Accueil > Sens-Dessus n° 15 : Panique > Pan, entre le décor de la panique et le corps de la culture

Pan, entre le décor de la panique et le corps de la culture
par Gilles Boudinet

Pan, sans corps, dispersé partout, fonde la « pan-ique ». La lecture du mythe de Pan et de Syrinx ici proposée permet d’identifier différents axes de symbolisation que déploie le Faune par la musique. Le premier, d’ordre « apollinien », lui permet de quitter la panique et d’unifier son corps, en faisant porter son désir par les signifiants des formes culturelles. Au contraire, le second, « dionysiaque », y retourne au profit d’une jouissance immédiate. Si l’époque actuelle, dite « postmoderne », privilégie ce dernier axe, l’idée nietzschéenne de l’esprit tragique, du maintien d’une tension entre Dionysos et Apollon, lui répond. Ceci permet d’interroger le point de mise en tension entre ces deux axes, en retrouvant dans le mythe les ineffables « voix des roseaux » qui instaurent une possibilité de mise en récit.

Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Couverture n° 15 site Pte

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s