Panique à l’origine ou de la mort sans limite

Publié: 2 mars 2015 dans N15. Panique, S-D 15

Accueil > Sens-Dessus n° 15 : Panique > Panique à l’origine ou de la mort sans limite

Panique à l’origine ou de la mort sans limite
par Christophe Meignant

Pas d’auto-engendrement du sujet, mais une histoire relationnelle : en amont du sujet, il n’y a rien, sinon l’autre. Par sujet, nous entendons l’être auquel incombe la tâche de se rendre conscient dans le projet même de vivre, sur fond de la béance originaire qui radicalise la finitude de son surgissement dans le monde, et ce à partir de la nécessaire relation dynamique du langage et du désir. Le sujet n’étant substance en aucun sens (pas de subsistance par soi), foyer agi de ses affects et de ses représentations, effet du désir de l’autre et de son propre désir, il dépend dans son élaboration du jeu dialectique de ses propres conditions : il est à la merci de l’autre, son premier état est d’être exposé.

Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Couverture n° 15 site Pte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s