D’une nouvelle loi relative aux animaux au retour d’un Ancien sur la scène juridique : Aristote et la définition de l’âme des bêtes.

Publié: 26 janvier 2016 dans N16. Animal, S-D n° 16

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> D’une nouvelle loi relative aux animaux au retour d’un Ancien sur la scène juridique : Aristote et la définition de l’âme des bêtes.

D’une nouvelle loi relative aux animaux au retour d’un Ancien sur la scène juridique : Aristote et la définition de l’âme des bêtes.
par Jean-Louis Labarrière

L’Assemblée nationale a adopté définitivement, en seconde lecture, le mercredi 21 janvier 2015 1, un texte modifiant l’article 515-14 du Code civil, dit Code Napoléon 2, qui considérait jusqu’à présent les animaux comme des « biens meubles » 3, au profit de cette nouvelle rédaction : « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens corporels. »

Voilà qui ne pouvait que plaire au spécialiste de la zoologie aristotélicienne que je suis, par ailleurs…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s