Frais bancaires : quand le « temps est compté »

Publié: 6 avril 2017 dans N19. Urgence, S-D 19

Frais bancaires : quand le « temps est compté »
par Laurent Erbs

Saisir le temps est impossible. Seule sa mesure, ou le ressenti des changements qui affectent la nature ou l’être humain le sont. Le temps reste subjectif, il existe pour celui qui le pense. Parfois on considère qu’il passe trop vite ou pas assez, mais d’autres fois « il faut faire vite ». C’est urgent. Le temps est compté. L’accélération, la pression sont alors convoquées. Il s’agit de prévenir d’un possible préjudice immédiat, ou d’un futur qui deviendrait une menace. Dans une telle situation, la mesure du temps prête davantage attention car l’accélération d’un processus est plus poussée qu’à l’habitude.
La pratique bancaire des « frais » s’aligne sur une telle perspective. Ainsi, les détenteurs de compte devenus défaillants en termes d’avoir monétaire, se voient infliger des pénalités. Commissions ou frais d’intervention, frais de forçage, en constituent le vocabulaire habituellement utilisé par les banquiers à ce propos. Peu importe leur libellé, ces « commissions d’intervention » interpellent

Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s