Traîner avec André Dhôtel

Publié: 21 septembre 2018 dans N22. Rien

Traîner avec André Dhôtel
par Francis Marcoin

« Je n’arriverai jamais à comprendre ce qu’ils entendent par idéal. J’ai un métier et je ne tiens pas à m’occuper d’autre chose ». Cette réflexion d’un jeune homme, au commencement du roman d’André Dhôtel intitulé L’Azur, pourrait servir d’exergue à tous les livres de l’auteur, appliqué à toujours tirer les fils d’une même pelote, celle d’un personnage à l’entrée d’une vie qu’il ne sait comment mener.

Ou bien plutôt qu’il ne veut pas mener. Car c’est lui qui se laisse conduire, trop paresseux pour vouloir. Un de ces romans s’intitule du reste Bernard le paresseux. Non que ces jeunes gens ne fassent rien. Cela ne les gêne pas, de ne rien faire, mais ils ne refusent pas non plus de travailler. À des tâches obscures, ou du moins tenues comme telles dans la vie […]

 

Pour en savoir plus...

Retour au sommaireRetour à l’accueil
Utilisation des articles

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s