Archives de la catégorie ‘N16. Animal, S-D n° 16’

L’édito

Publié: 26 janvier 2016 dans N16. Animal, S-D n° 16

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Marée Nostrum

Marée Nostrum
par Nadia Taïbi

« Plus de 30 000 oiseaux mazoutés ont déjà été collectés sur les plages dont les deux tiers étaient morts ce qui, compte tenu des oiseaux qui crèvent en mer sans qu’on les trouve, laisse supposer une mortalité totale se chiffrant en centaines de milliers, au détriment souvent d’espèces protégées et déjà menacées. » Ce sont là les propos de Dominique Voynet, Ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, en déplacement dans les régions sinistrées par la marée noire, le 15 janvier 2000, après la catastrophe provoquée par le naufrage de l’Erika. Les oiseaux migrateurs se sont trouvés piégés, englués dans le pétrole. L’image fameuse de « la mouette mazoutée » – noire ébène – fit le tour du monde, et il y eut même une pièce de théâtre qui fut présentée au festival d’Avignon. De nombreux bénévoles se mobilisèrent pour nettoyer les plages souillées. Mais enfin, ce n’est pas aux vieilles mouettes qu’on apprend à siffler et 15 ans après, vous voyez bien où je veux en venir. Car enfin : qui sont les dindons de la farce ? Certes, les oiseaux n’y sont pour rien. L’innocence des bêtes nous touche en plein cœur. Et c’est à cette innocence que je demande de se manifester car n’oublions pas : c’est un chien qui a permis à Ulysse – échoué lui aussi – d’être un homme. Donc : que font les mouettes ? Que font les mouettes pour les 22 000 [1] migrants morts dans la Méditerranée depuis 2000 ? N’y a-t-il pas une oie pour sonner la charge ? Ne me dites pas que cela n’a rien à voir : s’il y en a qui s’y connaissent en migration, c’est quand même bien les oiseaux !

Alors les « piu piu » : au boulot !

[1]. Selon les estimations d’un rapport de l’organisation internationale pour les migrations sur les mouvements de migration dans le monde, soit une moyenne de 1 500 morts par an. En 2014, plus de 75 % des migrants qui sont morts dans le monde ont péri en Méditerranée. Le Monde. fr, 24 avril 2015.

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Chiens visiteurs et personnes âgées

Chiens visiteurs et personnes âgées
L’analyse d’une rencontre interspécifique en milieu hospitalier
par Marion Vicart

Selon les projections de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques, le vieillissement de la population occidentale devrait s’accélérer de manière spectaculaire dans les prochaines décennies. En 2050, par exemple, un Français sur trois aura plus de 60 ans, contre un sur cinq en 2005. Face à ce scénario sociodémographique inéluctable, la Mission Animalité Urbaine du Grand Lyon met en œuvre depuis quelques années une « politique du vivant en ville » visant à maintenir, au sein d’institutions comme l’hôpital, les liens naturels et bienfaisants qui unissent les personnes âgées aux animaux.

Le chien à l’hôpital : un paradoxe ?
Contrairement à la plupart des autres animaux (la blatte, le rat, etc.) c’est au moment où le chien franchit la porte de l’espace privé pour se rendre…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Les apports de l’animal dans le développement des enfants aux troubles du spectre autistique

Les apports de l’animal dans le développement des enfants aux troubles du spectre autistique
par Marine Grandgeorge

Les êtres humains développent des liens sociaux avec leurs pairs, mais aussi avec les animaux qui sont une part importante de nos vies occidentales : en tant qu’animal de compagnie (en France, près d’un foyer sur deux possède au moins un animal ; FACCO TNS, 2008), mais aussi en tant que partenaire de travail. Ainsi, nous cohabitons, nous partageons les mêmes espaces, nous travaillons ensemble, nous nous apportons réciproquement des bénéfices (e.g. santé, émotionnel, Endenburg & Baarda, 1996)… pourtant, nous utilisons des modes de communication différents (von Uexküll, 1965) et nous arrivons à échanger de façon plus ou moins réussie (e.g. morsure, mal-être). Si cette communication entre deux êtres d’espèces différentes peut déjà se révéler complexe, qu’en est-il alors quand un des partenaires a des difficultés de communication ?

La présence de l’animal auprès d’êtres humains en difficulté pourrait jouer un rôle dans le développement, la récupération ou la compensation de compétences non révélées par…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Comment donner corps à la personnification des animaux ?

Comment donner corps à la personnification des animaux ?
Les enjeux sociaux du développement du soin par le contact animalier.
par Jérôme Michalon

C’est souvent une intuition, un ressenti savamment entretenu par les médias grand public : nous considérons de plus en plus les animaux comme des personnes. Cette affirmation contient plusieurs sous-entendus : le « nous » correspond aux riches occidentaux, les « animaux » désignent en réalité les chiens et les chats, et les « personnes » dont il est question correspondent en fait aux humains. L’étayage empirique de cette affirmation est souvent assez sommaire, faisant état de l’existence d’un marché important autour des animaux de compagnie, entraînant des dépenses toujours plus « folles » de la part de leurs propriétaires 1. Quels sont les autres moyens de donner corps à cette affirmation, ou de l’infirmer – au moins de la mettre à l’épreuve ?

Les travaux sociologiques sur la question sont encore assez parcellaires. Ceux d’Adrian Franklin (1999) décrivent un…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Vivre à la rue : quand le chien devient le ciment d’une culture familiale réinventée

Vivre à la rue : quand le chien devient le ciment d’une culture familiale réinventée
par Christophe Blanchard

Il n’aura échappé à personne que depuis quelques années de plus en plus de groupes marginalisés, accompagnés de chiens, fréquentent les centres urbains de nos cités. Souvent emprisonnés sous des sigles, des catégorisations sociopolitiques abusives (SDF, punks à chiens, jeunes en errance, etc.) mais si fortes qu’elles finissent par éluder la réalité humaine qui s’y dissimule, on perd souvent de vue que ces publics contraints de vivre dans la rue avec leurs compagnons de misère puissent former des groupes dynamiques, structurés et structurants, à l’intérieur desquels un certain nombre de règles existent. Symboliques, parfois tacites, ces règlements ne se donnent pas immédiatement à voir ou à comprendre.

Durant ma thèse de doctorat, j’ai pris le temps de procéder à une observation fine de ces groupes et des individus qui…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Les animales

Publié: 26 janvier 2016 dans N16. Animal, S-D n° 16

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Les animales

Les animales
par Jocelyne Porcher

L’animale avec qui je vis sur la ferme s’abrite dans différentes formes et possède de multiples esprits. C’est une animale bien plus qu’un animal car la ferme est avant tout le domaine des femelles, des vaches, des brebis, des chèvres, des truies, des oies, des poules… Les mâles y sont minoritaires, de passages, absents ou parfois juste représentés. L’animale a mon regard dans le miroir et mon corps d’humain, mammifère, bipède, omnivore.

Une animale vulnérable mais dont la volonté, comme celle de ses…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> La douleur animale et sa perception humaine

La douleur animale et sa perception humaine
par Jean-Luc Guichet

La question de la douleur animale et de sa perception humaine est au croisement de trois questions qu’elle relie et entrechoque tout à la fois. Pour commencer par la plus radicale, c’est d’abord celle, métaphysique, du ressenti subjectif de la douleur et de sa signification vécue chez l’animal, autrement dit de la perspective de conscience que l’on peut projeter ou non derrière la manifestation phénoménale de la douleur, ce qui représente en quelque sorte le plan transcendantal du problème.

Vient ensuite celle, scientifique, du système physiologique, nerveux et comportemental de l’animal (ou plus précisément des animaux) qui soutient ce…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> D’une nouvelle loi relative aux animaux au retour d’un Ancien sur la scène juridique : Aristote et la définition de l’âme des bêtes.

D’une nouvelle loi relative aux animaux au retour d’un Ancien sur la scène juridique : Aristote et la définition de l’âme des bêtes.
par Jean-Louis Labarrière

L’Assemblée nationale a adopté définitivement, en seconde lecture, le mercredi 21 janvier 2015 1, un texte modifiant l’article 515-14 du Code civil, dit Code Napoléon 2, qui considérait jusqu’à présent les animaux comme des « biens meubles » 3, au profit de cette nouvelle rédaction : « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens corporels. »

Voilà qui ne pouvait que plaire au spécialiste de la zoologie aristotélicienne que je suis, par ailleurs…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Vers un nouvel humanisme. Repenser le droit des animaux et la justice.

Vers un nouvel humanisme. Repenser le droit des animaux et la justice.
par Corine Pelluchon et Nadia Taïbi

Corine Pelluchon est professeure à l’université de Franche-Comté et spécialiste de philosophie politique et d’éthique appliquée. Son dernier ouvrage, Les Nourritures. Philosophie du corps politique, paru au Seuil, inscrit nos rapports aux animaux et l’écologie au cœur de la République, ce qui lui permet d’intégrer la question animale à une philosophie première et à une théorie politique globale, au lieu d’en faire un îlot éthique.

Sens-Dessous : L’idée de droit des animaux est liée à l’affirmation d’une subjectivité animale. Comment l’animal peut-il…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1

Accueil > Sens-Dessus n° 16 : Animal> Ce que la fable fait à l’animal

Ce que la fable fait à l’animal. Regard anthropologique sur l’instrumentalisation
morale des bêtes au Moyen Âge

par Pierre-Olivier Dittmar

La chose est connue, les fables médiévales instrumentalisent la diversité animale pour mieux parler des humains, décrire les rapports sociaux et proposer un discours moral. De fait, l’animal fabulaire est pensé comme un pur prétexte, servant au mieux à naturaliser les rapports de force.

Pour autant, l’habitude de penser la société par le prisme de la faune ne peut être une…
Pour en savoir plus...

Utilisation des articles

Mise en page 1